"Tant que les lions n'auront pas d'histoire, les histoires de chasse seront toujours
à la gloire des chasseurs."
Proverbe africain


Principes (rappel) : sans confrontation point de tangence.

Au fil de cette série de spectacles, nous proposons à des artistes bien réels venant d'horizons divers d'être l'élément moteur dans l'élaboration d'une proposition théâtrale, entre autobiographie et autofiction.
Une bulle gonflable transparente est donnée comme espace de création, à la fois cocon, loupe, lieu de projection physique et mentale. À chacun de trouver une forme cohérente, un type de relation au public, pour faire partager les expériences qui l'ont constitué en tant qu'artiste. Au fil des rencontres, nous fabriquons, de notre côté, un prototype d'artiste tangent. Ce personnage récurrent inscrit son parcours fictif dans les différentes biographies dont il se nourrit.


Tranche 4, André S. Labarthe

L'invité de cette quatrième tranche est André S. Labarthe. Critique cinématographique, dès 1956 aux Cahiers du Cinéma, producteur, auteur et réalisateur proche de la Nouvelle Vague, il coproduit à partir de 1964, avec Janine Bazin la collection « Cinéastes de notre temps » dont il réalise lui-même plusieurs numéros. Il a fait par ailleurs de nombreux documentaires sur la danse, la littérature et l'art contemporain...
Pour notre projet, André S. Labarthe a proposé d'être accompagné par Jean-Marc Chapoulie, artiste vidéaste, qui dans des formes hybrides, entre performance, conférence et installation, invente des dispositifs de fabrication et de monstration du cinéma ; et par Anna Gaïotti, artiste chorégraphique et poète.

Extraits :

« Je n'y suis pour personne » : ça serait l'idéal, faire une pièce de théâtre, et à la fin, savoir que la pièce sera réussie si je peux dire je n'y suis pour personne. Le travail de théâtre consisterait à s'expulser de la pièce ; alors que les gens essaient de s'y retrouver, de s'y mettre, et on en a jusque-là des ego comme ça qui sont sur scène. Arriver à vider le théâtre de soi-même, là on aurait quelque chose de neuf, sur scène, mais c'est beaucoup de travail quoi, c'est ce qu'on essaie de faire là... arriver à (...)
Au cinéma, ce qui me plaît c'est que le spectateur a un rôle a jouer, son rôle de spectateur, et ça consiste surtout à donner du sens aux images ; je crois vraiment que le réalisateur d'un film jette des choses sur un écran ; le spectateur s'en empare, et fabrique du sens. Autrement dit, le film que je vois - et que je fabrique puisque je fabrique le sens du film - le film exige ma participation pour exister, pour avoir du sens ; et c'est pour ça que je dis, si un film n'a pas besoin de moi, c'est que c'est un mauvais film ; c'est un peu ça ma définition d'un bon ou d'un mauvais film... »
                                                                                                                     André S. Labarthe



A- André S. Labarthe regardant l'interview de JL Godard par Iks ©Association Arsène
B- Iks raconte « Le chat de Barcelone » à un objet pansé ©Association Arsène
C- André S. Labarthe (l'homme au chapeau) ©Association Arsène
D- Anna Gaïotti ©Association Arsène
E- André S. Labarthe et Jean-Marc Chapoulie ©Association Arsène
F- André S. Labarthe, Iks, Guy Merlant et la poule ©Association Arsène
G- Anna Gaïotti dans la bulle ©Association Arsène
H- Jean-Marc Chapoulie – tentative d'hypnose de la poule ©Association Arsène
I- Anna Gaïotti et André S. Labarthe ©Association Arsène












 "Nous ne pouvons connaître..."
 Tranche n°1, Boris Lehman
 Tranche n°2, Hubertus Biermann
 Tranche n°3, Georges Appaix
 Tranche n°5, Vinciane Despret
 L'Art Tangent


 Dossier complet (pdf)
 Historique diffusion